Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:39

Finalement l'article mérite d'être cité en entier tant il constitue le modèle standard de la désinformation au quotidien. En couleur orangée ce sont bien sûr mes commentaires ajoutés.

 

Marine Le Pen : "Je suis dangereuse"

(cette citation tronquée en dit déjà long sur l'intention du journaliste)

 

Première invitée de la nouvelle émission politique de David Pujadas (créée spécialement peut-être ?) sur France 2, Marine Le Pen s’est exprimée sur plusieurs sujets, dont l’économie et l’immigration. Se posant en victime, elle n’a jamais vraiment répondu aux questions de ses différents interlocuteurs.(le ton est donnée : Marine Le Pen a déjà tout faux)

Invitée jeudi soir de l’émission « Des paroles et des actes », le nouveau rendez-vous politique de France 2, la candidate frontiste a été interrogée dès les premières minutes sur les nombreuses condamnations (pour ceux qui s'imaginaient qu'il s'agissait de l'interview d'une candidate à la présidentielle, il faudra qu'il se dise qu'il s'agit d'un procès de son père) de son père Jean-Marie Le Pen. En effet il a été condamné par la justice à plusieurs reprises pour ses provocations sur la Shoah et l'immigration. Défendant la réputation de son père, Marine Le Pen a concédé que « ces propos (pouvaient) parfois un peu défriser », mais que tout était question de « références » historiques… David Pujadas a ensuite demandé à Marine le Pen comment elle expliquait le fait qu’elle recueille moins d’intentions de votes qu’il y a trois mois (elle est au plus haut des sondages et plus haut encore que son père ne l'a jamais été mais on lui parle de "baisse", de "tassement" et on lui demande de s'expliquer. Admirable !). Selon un sondage CSA effectué les 20-21 juin pour BFM TV/RMC/20 Minutes, la présidente du FN recueillerait 16% d'intentions de vote. Un score en baisse de 3 à 4 points par rapport à mai, et qui l’éliminerait dès le premier tour (il insiste lourdmeent pépère). Encore une fois, Marine Le Pen, a préféré relativiser : « Nous nous stabilisons à un niveau extrêmement haut. Disons que c’est un palier, pour mieux reprendre de l’élan après ».

Le débat s’est poursuivi sur les thématiques économiques, notamment l’euro qui été la cible principale de Marine Le Pen. « L'euro est en voie d'extinction, personne n'ose le dire (...) Cette monnaie inique a été un échec terrible », a-t-elle martelé (martelé : on sent la violence...), proposant de sortir de la monnaie unique. A la question sur les solutions qu’elle apporterait face aux conséquences d’une telle sortie de l’euro, notamment une augmentation de 20% à 25% de tout ce qui est produit hors de France, la présidente a préféré esquiver la question (quelle couarde ! et menteuse en plus) et mettre en avant l’importance de la restauration des barrières douanières.

Si Marine Le Pen a régulièrement détourné les questions de ses interlocuteurs, on peut souligner son talent oratoire (bah oui, une bonimenteuse sans doute). En effet, la Conseillère régional du Nord pas de Calais, s’est présentée en véritable représentante de la lutte anti-système. Affirmant être « la seule à être capable de proposer une alternative au système », Marine Le Pen a fustigé les médias d’être à la botte de l’UMP et du PS. Concernant ses interlocuteurs elle a déclaré « Ils sont constamment dans l’invective, dans la calomnie, dans l’amalgame, dans le raccourci systématique, parce qu’ils sont dans un rôle qui est essentiel, le rôle de continuer à laisser les manettes soit à l’UMP soit au PS, parce qu’on est tellement bien entre nous ». Ce après quoi elle a terminé en disant « Alors oui, je suis dangereuse pour ce système ». (c'est cette phrase qu'il fallait mettre en titre pour présenter un semblant d'honnêteté) En digne héritière des idées de son père sur l’immigration, Marine Le Pen a justifié le principe de « préférence nationale » par la baisse des salaires. « L’immigration a été utilisée pour peser à la baisse sur les salaires » a-t-elle affirmé, ce à quoi lui a répondu Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur, « ce n’est pas prouvé ». « Je pense que les allocations sont là pour aider les mères de famille françaises pour élever les enfants français », a-t-elle conclu.

L'émission s'est achevée par une vive passe d'armes entre Mme le Pen et ses interlocuteurs Caroline Fourest (journaliste) et Laurent Joffrin. Ces derniers ont mis en évidence un point du programme du FN de 2007, qui fait de l’immigration la cause d'une baisse de la qualité des recrutements dans l'armée : « 20 % des nouvelles recrues sont désormais issues de l'immigration originaire du monde musulman ». Un sujet que la présidente du Front Nationale a tenté d’éludé en s’emportant violemment (Ah toujours la violence de Marine Le Pen ! mais on n'aura pas un mot sur la haine affichée par Laurent Joffrin et plus encore par Caroline Fourest) contre le livre de la journaliste et en se déclarant être la cible de calomnies et de mensonges honteux. En fin de débat, sur des questions économiques, le ton est monté avec Laurent Joffrin. « Ne soyez pas insultant et méprisant, a lancé Marine Le Pen à son attention. Vous êtes tellement représentant de la caste. » Le directeur du Nouvel Observateur s'est emporté : « Je ne vous permets pas de dire ça ! Cette histoire de caste est du baratin. Vous, vous habitez dans un château et pas moi. Je ne suis pas d'une caste. Vous essayez de faire votre dynastie dans votre principauté du Front National. Et moi, je n'ai pas été nommé par mon père » (il nous la joue damné de la terre mais gageons que le directeur du Nouvel Observateur, organe de presse prisé par les bobos, au même titre que Libération d'Edouard de Rotschild ne dort pas sous les ponts ni se se nourrit aux Restos du coeur), ce à quoi Marine Le Pen est restée sans voix.(Voyez, elle n'est pas si bonne que ça et en plus elle reconnait les faits) En rendant l’antenne, David Pujadas a rappelé à la présidente du FN qu’elle n’avait toujours pas répondu à la question initiale…(le dernier coup de pied de l'âne, doublé d'un mensonge puisque chacun a pu entendre la réponse de Marine Le Pen qui a dénoncé le trucage de Caroline Fourest : un point séparait les deux parties de phrases citées, ce qui en changeait complètement le sens. Mais mini-Pujadas avait déjà lancé le générique...)

Pierre Saussois

Partager cet article

Repost 0

Commander chez l'éditeur

Nouvelle édition
couverture_2eme_edition0002-copie-1.jpg
(Pour commander le livre, cliquer sur l'image)

Commander sur Amazon

  amazon.fr.png

(cliquer sur le logo Amazon.fr)

Commander à D.P.F.

Chire.JPG

(cliquer sur le logo)

Commander à la librairie Decitre

DECITRE.gif

(Cliquer sur le logo)

Commander à Chapitre.com

(Pour commander, cliquer sur l'image)

Commander à La librairie française

librairie.francaise-copie-1.JPG

(cliquer sur l'image)

Vous pouvez aussi commander ce livre chez votre libraire habituel en lui indiquant simplement le nom de l'auteur et le titre du livre

Liens